flyer

flyer

Abonnez vous à mes articles : inscrivez votre mail ici

RETOUR DU STAGE DE LISBONNE





Un carnet de voyage c'est tous les sens en éveil... les yeux bien sûr, le nez, les oreilles ..... et les papilles.



la Basilica Estrela


Babeth le nez en l'air, attirée par les rails des trams...
 




Le guitariste de Portas do Sol a inspiré les dessins
 

Les spécialités dans un bon restaurant

___________________________________________________________________________
Premier contact avec la Praça do Comercio et son ouverture sur le Tage

Le soleil avait mis ses plus beaux rayons pour nous accueillir ce fameux dimanche 15/9 où le froid et le vent sévissaient à Lyon. Les 8 participants étaient bien au rendez-vous . Quant à Ludivine et moi même, nous avons animé cette semaine avec un réel plaisir. Comme très souvent, une majorité féminine s'était inscrite et Guy, habitué des cours, stages et carnets de voyage représentait bien la gente masculine. Et puis ce n'était pas un groupe triste, on a beaucoup ri.

LUNDI 16/09/2013 -  Quartier BAIXA (quartier bas)
9 h : Briefing au petit déjeuner sur le programme de nos journées, la collecte journalière de dessins d'Azulejos, spécialité incontournable sur les façades des maisons, une sardine PERSONNALISEE traitée de façon originale avec collage, écrits, couleurs,  les jeux et animations prévus chaque soir et bien d'autre choses encore.

Nous voilà partis pour la superbe Praça do Comercio :  façades jaunes  à colonnades, vaste esplanade ouvrant sur le Tage, énorme statue de José 1er,  Arc de triomphe ouvrant largement sur la Rua Aurea, les idées ne manquent pas pour ce premier  sujet.  Dessin graphique, aquarelle :  2 taches de couleur réhaussées de feutre, les résultats sont prometteurs.
Une petite halte au Syndicat d'initiative pour collecter des dépliants qui viendront alimenter notre base de collages locaux.

Jaune Lisbonne

Un petit pique nique à l'ombre  de la colonne de la Praça do Municipio (que j'appelle aussi la place de la Poste) nous permet de goûter le délicieux fromage caprin de la Queijaria Nacional acheté en route et certaines en profiteront aussi pour dessiner un morceau de toit terrasse jaune, bien sûr...




Panoramique de croqueuses d'Azulejos


Le besoin du "p'tit café" se fait sentir et nous montons au 9ème étage du magasin POLLUX (articles ménagers). Le café panoramique nous permet de voir le fameux "Elevator de Santa Justa", symbole métallique de la ville,  conçu par un disciple de Gustave Effel et qui permet d'accéder rapidement (quand les touristes ont déserté) au quartier du Chiado à côté de l'Igreja  do Carmo. La perspective est déjà à l'ordre du jour et l'enchevètrement des toits et de l'Ascenceur fournissent un sujet passionnant mais pas facile.


L'Elevator Santa Justa aussi beau de nuit que de jour.

Ne cédant pas à la facilité, nous grimpons  les marches qui nous conduisent au Largo de Carmo où le kiosque arboré et la buvette semblent nous attendre pour un temps de repos et de ... p'tite bière.  Des musiciens sont toujours là et l'ambiance bon enfant est bien agréable à saisir. C'est aussi la rentrée universitaire et tout au long de la semaine, nous rencontrerons des groupes d'étudiants souvent habillés de noir avec une grande toge (des juristes, de futurs avocats?) qui scandent des slogans et portent des drapeaux de leur corporation. Sans doute une sorte de rite initiatique.  Pour l'heure, ils sont attablés sur la place et les bières ont remplacé largement les mots d'ordre.

Nous montons ensuite en direction de l'Igreja de Sao Roque et de superbes azulejos ornent les façades atenantes. Un apéro sous les arbres et un petit resto dans la ruelle en escaliers, voilà une première  journée bien remplie et repos mérité.


MARDI 17/09/2013 : TRAM 28. Ce matin, on prend le MYTHIQUE Tram Estrela 28 pour monter en haut des collines. Malheureusement, il y a beaucoup de monde et nous nous scindons en 2 groupes. Le premier s'arrêtera à Gloria et l'autre arrivera au bon terminus.
Finalement, on se retrouve  à la Basilica Estrela où nous avons prévu de dessiner et manger dans le grand parc juste en face. Difficile de dessiner dans le tram en raison de la foule mais Marylène y parvient, comme vous le voyez.


Sonnette, grincements,couinements,  pression au freinage,  ambiance du tram, les pictogrammes (attention aux pickpockets, tenez vous aux barres!) tout est à noter et reporter sur le carnet final, car c'est une belle expérience cette montée aux 7 collines. Parfois, en tendant le bras, on touche les murs des rues à angle droit.

Au moment du petit café, c'est l'heure des "Mystères de Lisbonne" petit jeu  prévu la veille mais reporté. Les participants piochent un  mot mystère "Fernando Pesoa,  Amalia, les pavés de Rossio, Tramway Electrico,  Style Manuelin,  le marquis de Pombal, séisme de 1755, etc...." Ce mot correspond à une fiche qui explique le sujet et je demande aux élèves de coller ces papiers dans leurs carnets et de dessiner à côté ce que cela leur évoque,  à faire avant la fin du voyage.

Après le repas, nous voila partis pour Campo Pequeno et le superbe bâtiment des Arène : imposant bâtiment de briques rouges, réhaussé de bulbes  bleutés (un petit air russe?)  piquetés d'adorables petits balcons roses.  C'est maintenant un lieu de concerts et spectacles divers, toujours très festif.
Nous proposons à tous, de faire une série de détails dans des petits carrés ou rectangles joliment mis en page (façon BD)  et surtout plein de couleurs. Un esprit mauresque plane sur toutes ces formes, des portes en fer forgé aux petits festons jaunes et ocres qui ornent les toits. Ici, on ne met pas à mort le taureau et ça rend le lieu encore plus sympathique.

 


Le groupe au complet devant Campo Pequeno
 

 
Retour au centre ville quartier Alfama : nous mangeons au "Petit Café" toujours aussi bon et sympa. D'ailleurs Ludivine se voit offrir son repas car elle représente la "guide" pour le restaurateur. Mais c'est aussi le moment du QUIZZ sur LISBOA. Une série de 24 questions sur la ville : 2 équipes s'affrontent. Les 4 gagnantes se voit offrir un cadeau mais comme je ne veux pas attrister les autres, les perdants reçoivent aussi un pinceau à réserve d'eau qui sera bien utile à celles qui l'ont oublié ou déjà perdu...


MERCREDI  18/09/2013 : BELEM ET FADO.
Aujourd'hui c'est Belem et après midi libre. Place du commerce, Tram 15 arrêt près de l'imposant "Mosteiro dos Jeronimos" dans le plus pur style Manuelin, très chargé, très gothique flamboyant "à la sauce Portugaise". Placées tout au fond à gauche du bâtiment, chacune s'essayera à trouver une bonne position pour une perspective intéressante mais le sujet est ardu et les conseils ne sont pas de trop.



On mangera sur l'herbe juste avant d'aller prendre le café au fameux PASTEIS DE BELEM, lieu mythique et incontournable : LE  Fabricant Authentique du fameux Pastel de Belem, (mais comme on en mange plusieurs, on dit  PASTEIS au pluriel -prononcer PASTEICHE) petit flan chaud dans une pâte feuilletée craquante assortie de sucre glace et cannelle. UN DELICE!   Je retrouve José le serveur que j'avais dessiné en avril et c'est l'occasion d'une photo.... juste avant qu'une lourde chaise ne tombe malencontreusement sur les pieds de Dominique qui souffre beaucoup. Notre Ludivine toujours efficace, court à la pharmacie et ramène un baume à appliquer sur le coup. Ouf! les pasteis feront le reste pour calmer la douleur.




Avec José, le serveur débonnaire trop content d'être sur la photo.
 Nous nous séparons, l'après midi est libre : certaines visitent  l'intérieur du Monastère et  la tour de Belem pour dessiner. Et d'autres font leurs petites courses souvenirs et rentrent à l'hôtel se reposer ou terminer quelques dessins. Ludivine et moi repartons Place du Commerce et à la terrasse d'un café, nous fignolons les nôtres devant la "p'tite bière".




RV à l'hôtel vers 19h. On part  manger au Restaurant Bio "Jardim das Cerajas" (jardin des cerises) au Chiado. Nous avons ensuite prévu la soirée Fado au Café Luso (tout près de l'Eglise St Roque) à 22h 30.  Un peu décevant, c'est très touristique, mais les numéros de téléphone qu'on avait pour d'autres lieux ont changés on a dû se rabattre sur celui ci. Une chanteuse démarre avec 3 chansons, arrêt d'un quart d'heure, puis un chanteur lui succède, même chose.... on restera pour en dessiner 4. Pas facile car la pièce est sombre. Et pour l'émotion, c'est vraiment limite. On se croirait au Syndicat du Fado avec pauses obligatoires. J'avais connu  une autre ambiance en 2011, mais ce n'était pas ici.


le beau travail de Cathy très expressif, sur la soirée Fado

JEUDI 19/9/2013  :  ALFAMA.
Cette journée est dédiée à l'Alfama. Nous avons rendez-vous  avec Mario Linhares, un Urban Sketcher de Lisbonne que nous avions rencontré en avril lors de notre repérage. Professeur de dessin, il vient avec un groupe d'élèves et nous allons dessiner de concert.
Largo das Portas do Sol, lieu magique, esplanade qui domine la ville et plonge dans le Tage, avec son guitariste attitré (je l'ai vu en photo dans diverses brochures). Le panoramique de toits, ruelles et chapiteaux d'églises s'étagent devant nous. Et pourquoi pas  juste un détail d'ambiance? La musique sert le dessin : elle inspire particulièrement Marylène qui réussit à merveille son panorama aquarellé.



Bientot, Mario arrive avec une vingtaine de garçons et filles. On se salue et on descend par les escaliers pour s'imprégnier du coeur de l'Alfama. On  s'exclame sur  les façades très kitsches de certaines maisons et le  désordre des rues imbriquées, pleines de jeux d'ombres et  de lumière, la placette aux orangers tient ses promesses et tout le monde se plait dans ce lieu magique au calme.  Les aquarelles sont fortes, la couleur joue sur tous les tons.



Plus kitsch, tu meurs.
 Après avoir pique niqué sur place, on décide de parcourir les ruelles. Nous proposons un thème de travail sur les taches, exécuté par les jeunes et notre groupe, puis à son tour, Mario propose un thème de portrait en binôme sur un papier aquarellé mais sans regarder sa feuille, travail en aveugle. L'occasion de se découvrir, de parler un peu plus et de s'amuser franchement. Un bel échange de talents partagés avec une jeunesse calme et passionnée. Et finalement, ils ne parlent pas si mal le français ces petits jeunes!


Les élèves de Mario sur les escaliers Sao Miguel - Alfama.
L'Alfama vue pr Cathy (sur papier aquarellé et pinceau encre de chine Pentel)

Retour à l'hôtel et ce soir, on mange les ... sardines à COMIDAS DE SANTIAGO, que j'avais déjà dessiné en avril. Je récidive. Tout le monde y va de son dessin de sardines. un repas croqué dans tous les sens.


VENDREDI 20/09/2013 : FUNICULAIRE DE BICA ET CHIADO.
On a prévu pour ce vendredi d'aller à l'Ascensor de Bica, pour prendre le funiculaire ... et le dessiner évidemment. Guy a oublié son pliant dans le tramway et chance, au bout de 10 minutes le même tram avec la jolie "chauffeuse" s'arrête devant nous. Il récupère son pliant! incroyabe, en France il serait déjà sous les fesses du voleur!
Premier arrêt en face des escaliers "calçada de Bica Grande" , imaginez une ruelle toute en marches avec une bonne perspective. Le temps n'est pas minuté et tout le monde veut finir ou essayer de comprendre. Ludivine fait des exemples à l'appui de la théorie, mais c'est quand même dur pour tout le monde. Ils sont bien courageux nos élèves!


Très concentrés devant la Calçada de Bica Grande


Plutôt réussi le dessin de Guy  : Calçada de Bico Grande.
 
Quelques pas plus loin, c'est le porche de ce fameux Ascensor de Bica, l'occasion de faire du graphisme en dessinant les lettres en arrondi et une façon de mettre en page le prochain dessin du fameux funiculaire.



L'entrée de L'ascensor de Bica. Jaune bien sûr.
 
Juste à côté, une petite boutique artisanale d'articles confectionnés en tissu interpelle les "filles"... Et puis, il fait chaud et faim. On mange dans un petit restau de quartier avec un menu complet à 8 E!  ça aussi, c'est fameux!  Et puis, les élèves nous offrent à Ludivine et moi, une petite bourse en tissu patchwork multicolore, volantée, très mignone avec une petite clochette accrochée, dès qu'on paie, on tinte... Touchant. Merci encore.



Bon c'est pas le tout,  on le prend cet "ascensor"? C'est parti ! plusieurs arrêts sur un parcours pourtant très court, des voitures garées sur les rails, des gens qui transportent du lourd sur les épaules, pas simple pour le conducteur. A l'arrivée, tout le monde sort les crayons, parce que l'ascenseur redescend au bout de 5 minutes, et un autre souvent bien taggé arrive peu après. Pour les fondus de perspective, allez-y! pour ma part, je contourne l'obstacle en dessinant l'engin de face! ah mais! je me suis fait avoir les autres fois! 


Un petit portrait de Pessoa juste en noir et blanc m'interpelle dans une vitrine. Vite je traverse les rails et c'est fait.  Une photo du groupe au terminus, devant la banque; on dirait qu'ils se préparent à attaquer la banque (genre Ocean 12).




On redescend dans le quartier du Chiado, il fait vraiment chaud ! un rafraichissement et une p'tite patisserie près du célèbre  "Café A Brazilero" (trop complet pour nous), où Pesoa avait l'habitude de s'arrêter.  Une photo de la statue du Maitre s'impose. Près du théatre du Chiado, on trouve ombre et sujets pour terminer la journée en beauté.



Notre dernier repas au "Canto da Vila" -'Alfama-  vraiment très bien, la présentation est top et les plats aussi. Au retour, le débrifing (concocté par Ludivine) sous forme de questions posées sur des post-il est amusant, moins formel  qu'un questionnaire ou un tour de table. On doit donner 3 réponses aux questions comme "j'ai aimé, j'ai moins aimé, idées,  merci, j'ai appris, j'ai aimé à Lisbonne..." etc.... Ludivine lit les réponses anonymes et c'est encore une occasion de rire, parce que ça ne manque pas d'humour.


SAMEDI 21/09/2013 : Pour ce dernier jour, les départs sont étalés : les 3 premières prendront la navette à 11h 30 et pour les 7 autres, notre départ se fera vers 17h environ. Il nous reste une journé de bonheur!
Après le petit déjeuner, tout le monde descend place Rossio pour un dernier dessin de cette si jolie place aux abondantes fontaines de bronze. On s'arrête au Café Suisse pour un "petit Bica" (le café Lisboète)  on est bien placées pour dessiner justement. Après le départ des premières, on retourne prendre un bus pour aller au Musée des Azulejos. On mange sur place, il y a une belle cour ombragée et des plantes tropicales   recouvrent les murs tandis qu'au bord de la pièce d'eau, des bambins tendent leurs petites mains pour toucher l'eau et courrent en tous sens.



Le musée est situé dans une magnifique batisse de style arabo-andalou et les collections d'azulejos tant anciennes qu'actuelles sont merveilleuses proposées sur 3 étages. L'occasion de terminer le travail sur ce thème, bien  à l'abri de la chaleur et de la foule.




Puis c'est le retour à l'hotel et l'arrivée ultra rapide de notre taxi. Ludivine et Nadine ne sont pas au même terminal que nous, aussi, on se quitte un peu vite. Notre avion aura 2 heures de retard (par la TAP)  mais nos 2 collègues de Lyon qui partaient à 14h  auront.... 14 heures de retard avec un avion qui part mais fait demi tour pour une avarie.  C'est les désagréments de l'avion, parfois ça arriv .(et ça agace pas mal!)




Dessiner dans la rue. Vive les  carnettistes.
 
Je mets dans la colonne photo de droite, 3 dessins de chaque participants, qui j'espère vous feront envie de partir ou repartir... qui sait, une deuxième fois à Lisbonne? ou ailleurs...

Pour ma part, je partirai volontiers encore et encore à Lisbonne que j'adore et dont j'aimera découvrir la face cachée.

D'ici quelques jours, je mettrai un autre article plus personnel sur ma vision de Lisbonne sur mon blog :  http://croqueusecompulsiveleblog.blogspot.com avec d'autres photos et mes propres dessins et ceux de  Ludivine.